Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2004

Inanité, ennui, abandon, folie, cercle vicieux...

Tant de mots qui pourraient me définir...  Comme Solitude, lacheté, mal, malade...

Aujourd'hui, là juste maintenant, un nouveau coup de blues, sans grande raison particulière, alors qu'hier soir une discussion m'a fait grand bien sur msn, avec une personne vraiment merveilleuse...  J'en avais le sourire... le vrai...

Mais tout s'envole avec moi, tout disparaît aussi vite...  Ce n'est pas de la lassitude, c'est juste que la peinture toute fraîche s'écaille, le mal revient trop vite, et détruit tout...

J'essaye d'aimer, je me laisse aller, mais je sais pertinemment que je vais tout réduire en cendres un jour où l'autre... C'est comme une épée de Damoclés au dessus de ma tête, dont je posséderai le mécanisme... Autodestruction...

Comment imaginer que je puisse sciemment saboter ma propre vie ? C'est insensé !!  Et pourtant c'est le cas...   Mais je vous rassure tout de même [si peu], c'est le fait de la dualité de mon moi, deux personnalités qui se torturent et se font la guerre, les meilleurs ennemis du monde... Assez dur à définir là aussi... C'est devenu plus flagrant quand ma vraie personnalité, mon moi révé, à réussi à s'émanciper notamment par le biais du net; l'autre n'a pas supporté un tel regain de bonheur, de bonne humeur, de qualités, et il en est venu à laisser faire pour tout casser ensuite, au moment où ça fait le plus mal...

D'un coté je ne peux accepter de vivre qu'en espérant l'amour et toutes ses dépendances, et d'un autre je m'en rends incapable de la pire des façons....

Réalité et fiction se mêlent... On ne me croit pas objectif quand je me critique, mais c'est à cause de l'autre qui ne supporte pas cette lucidité, il voit en elle une porte de sortie, les prémices de sa fin...   Sur le fil du rasoir il me laisse, sans trop influencer mon esprit, sans trop appuyer ses attaques pour ne pas disparaître par mon suicide, mais suffisamment pregnant pour faire souffrir et moi et mon entourage...

En écrivant ça je vais définitivement passer pour un fou...  je l'assume... Il n'y a pas pire camisole que celle de son esprit.

Et l'autre est là, il observe, la lacheté et son credo, il se sent enfermé alors il ne résiste pas, il est juste là pour rapporter les souffrances, et tenter parfois d'exprimer sa peine et sa haine... sans grand effet...  Il souffre qu'on le prenne pour un paresseux, pour quelqu'un qui ne fait rien pour arranger les choses... Mais il peut dire quoi ? Que son double maléfique est le seul responsable ? Que lui subit en silence ?   C'est pas crédible, c'est même trop facile, on va le prendre pour un affabulateur... Et pourtant !!

Le voila qui se perd en explications opaques, qui se démène à se justifier dans le vide...  ça brasse de l'air, un point c'est tout...

Au final le mur onirique m'empêche de voir, d'appréhender la réalité... je m'invente des capacités, des qualités qui brouillent mes interlocuteurs, je ne mens pas, ou seulement à moi même... J'imagine pouvoir apporter le bonheur à une femme, lui consacrer tout mon temps, tout mon argent, tout mon amour, mais qu'en est il en pratique ?  J'ai les yeux plus gros que le coeur...  Je serai comme une grande majorité des mecs, égoïste la plupart du temps, laissant quelques instants à l'être aimé...  Je ne suis pas romantique, je ne suis pas aimant, je ne suis pas l'amant parfait... tout ça c'est dans ma tête...  Dans les moments d'orgueil je me dis que je pourrais rendre une femme heureuse, comblée sexuellement.... mais je me rêve tellement que je ne sais plus où j'en suis, et je me déteste dans ces moments là, mon optimisme est alors un mensonge énorme vis à vis de moi...  Ce que je voudrais c'est aimer la femme comme une femme, mais c'est pas possible, je suis rien qu'un homme avec ce con de sexe minuscule et inutile...  Il faut s'y faire... Et puis comment je peux parler de sexualité moi ? C'est comme si le pape s'occupait de capotes...  Mieux vaut en finir là sur ce sujet...  je me suis emporté...  Mais pour moi Amour et sexe sont irrémédiablement lié, j'entends surtout le sexe comme tendresse quasiment uniquement...

Hum Hum...  le physique... Je ne me voile pas la face, pour me définir je suis gros, je sue et je pue [désolé de ce vocabulaire, mais c'est comme ça]... Et quoi qu'on die c'est un handicap certain... Un cerveau c'est pas sexy et les filles vous courent pas aprés dans la rue pour toucher votre cortex ou votre nerf rachidien... vous en conviendrez... Et la seule explication, je me suis résolu à enfin en parler, et c'est pas si facile....   C'est la boulimie...  j'ai réussi il y a peu à mettre un nom sur ça, "symptomatiser" ça rassure....  Et le voila le cercle vicieux: je suis gros donc j'ai l'impression de ne pas plaire (seulement une impression ?) donc je vais mal, donc je mange donc je grossis... etc...

Pour moi manger est le plus souvent synonyme d'automutilation, le terme est fort mais approprié, ça ne se voit pas, c'est plus pratique, pas de questions embarrassantes, je mange jusqu'à avoir mal parfois, je sais que je vais avoir mal mais je ne m'arrête pas pour autant... Ce qui me fait peur surtout c'est qu'à l'inverse des automutilations visibles, là ce n'est pas un appel au secours, c'est un désir profond de destruction, bien réel...  Je l'analyse comme ça...

Et je suis mal d'être gros, je me cache, j'aime pas être regardé... enfin tout ce que vous pouvez imaginer, je suis loin très loin d'être le seul dans ce cas.

Je déteste mon corps... J'ai simplement réussi à apprécier au fil du temps mes yeux, mes mains, mes bras et un peu mon visage...  Mais le reste me dégoûte...

Mais paradoxalement j'adore les femmes avec des formes, c'est tellement plus sensuel...  enfin bon bref... je crois que je vais arrêter là, j'ai perdu l'inspiration...

Commentaires

Moment difficile p'tit Klem...

Il y a quelques jours je me disais en te lisant que tu te devais être bien mal, mais cette fois-çi je ressens ton mal,depuis hier soir certaines choses ont changé. Je suis contente de ce vrai sourire.

Mais là oui, c'est de l'autodestruction, c'est déjà bien que tu l'admettes. Un pas en avant, deux pas en arrière... Faut-il absolument que tu te fasses deux fois plus mal quand tu es parvenu l'espace d'un instant à te sentir bien ?



Tu fuies la réalité, tu te fuies toi-même, non tu ne peux pas être objectif. Ni sur ce que pensent les autres de toi, ni sur la façon dont tu te comporteras avec elle. Apprends d'abord à bien te comporter avec toi. A te respecter. A t'aimer, rien qu'un peu, au moins pour commencer.



La boulimie, c'est le manque, c'est la souffrance, c'est l'ennui. Une façon de fuir encore. Exactement comme tu fuies en ne te dévoilant que sur le net. Tu as tellement peur de déçevoir que tu n'oses plus. Ca te conforte dans ton idée. "Forcément les gens m'aiment sur le net, c'est normal puisqu'ils ne me voient pas, ils ne connaissent que ce que je veux bien leur montrer"

Moi je t'ai vu et je t'aime pareil. Je ne te connais peut-être pas assez pour te dire tout ça mais je m'en fous c'est ce que je ressens. Et tu sais que c'est sincère et sans ambiguïté.



Non un cerveau ça n'est pas particulièrement sexy, ça peut même être gonflant je t'assure. Mais une âme, c'est précieux une âme. Est-ce que toi tu t'arrêtes au considérations physiques quand tu aimes ? Non, alors pourquoi penses-tu que les autres agissent de la sorte ? Ton handicap ce n'est pas ton physique mais ta peur d'avancer. Ca doit se lire à 100 mètres sur ton visage.



Respecte-toi Klem. Tu n'as pas le droit de te traîter ainsi. Ose, même si c'est super dur, ça vaut le coup.

Ose t'aimer.

Écrit par : Laurette | 29/08/2004

coucou 'tit klem,



j'passaiis par là , je t'ai vu , je suis entrée, j'ai lu et me voilà toute émue.



courage petit klem, je suis loin de te connaitre, on s'est très peu parlé toi et moi,là où on se croise: mais ce que je sais , c'est que tu es d'une sensibilté merveilleuse!!!



tu te sens mal dans ta peau, ben crois moi ou pas, je sais ce que tu ressens, tu es boulimique, je souffre de "troubles du comportement alimentaire", je suis devenue anorexique, je ne m'aime pas; eh oui tu lis bien, j'ai pas une belle image de moi, on en reparlera si tu veux... ou p't etre qu'à mon tour, je me devoilerais dans un blog...



mais ce que je veux que tu comprennes , klem, c'est qu'avant tout, avant de réaliser tes rêves qui te sont si chers, apprends à t'aimer, tu es qquelqu'unde bien , de grand j't'assure poto, crois en toi, deviens toi même cette force qui te manque



et pour finir, juste un détail, les femmes s'attachent souvent plus à un cerveau, à un coeur et à une âme aussi belle que la tienne plus qu'à un physique...



muxus 'tit klem



à tout bientôt

Écrit par : iza | 29/08/2004

Je reconnais un peu de ta détresse en moi.

La pire camisole c'est l'esprit, tu as bien raison.

Je ne te connais pas, je ne sais pas quel âge tu as, mais je vais quand même te parler d'un déclic que j'ai eu, peut-être que cela t'aidera.

Je suis comme toi, en fuite. Je fuis cette réalité qui m’écorche souvent, je fuis en rêvant, en regardant la télévision, en mangeant, en lisant…

J’ai 24 ans et, depuis que je suis petite, je fais des sortes de rituels/nouveaux départs un peu TOCs pour que ma vie soit parfaite. Or je suis si exigeante et perpétuelle dépressive que je retombe inévitablement dans le laisser-aller. Mes phases de nouveau départ ressemblent à l’optimisme que tu décris : mensonge à soi-même. Je peux passer de l’euphorie la plus délirante à la plus profonde détresse.

Bon bref, je vais pas m’éterniser sur toute cette noirceur, ce n’est pas le moment de te donner le cafard ! Le déclic dont je voulais te parler, c’est ce perpétuel espoir que j’ai d’être HEUREUSE, tout simplement. Je me dis que j’ai déjà 24 ans, et que je n’ai rien accompli, vraiment. Déjà 24 ans, ça passe vite, alors je crois que je ne peux pas me permettre de gâcher ma vie ainsi.

Je prends les jeux olympiques d’Athènes en exemple, je ne sais pas si tu les as suivis avidement comme moi. J’ai vu plusieurs champions de TRES petite taille, mais qui étaient fabuleux dans leur discipline, qui vivaient selon leur rêve, parce qu’ils se sont accrochés, malgré les coups durs. Lorsque l’être humain se fixe des buts, il lui pousse des ailes.

C’est tellement émouvant et transcendant de voir tous ces hommes se surpasser, dépasser la souffrance physique, avoir une telle force mentale, tant de volonté, pour finalement franchir la ligne, gagner la médaille d’or !

L’autre jour j’ai vu un documentaire sur une jeune fille jouant très bien du piano, meilleure de la classe d’ailleurs, et pourtant, elle avait les doigts atrophiés .



Pour faire court, Kleman, trouve quelque chose que tu aimes vraiment faire, et donne-toi à fond. Tu as eu la chance de naître, c’est le spermatozoïde le plus fort et le plus rapide qui as fait que tu es là aujourd’hui, tous les autres nullards ont été éliminés. Alors je pense que tu dois essayer de trouver du courage en toi pour profiter de cette vie et te l’approprier. Et surtout ne te sens pas obligé de faire comme les autres, non non, crée ton propre univers, un univers dans lequel tu excelleras et te sentiras bien, et le reste suivra, tu ne te sentiras plus obligé de manger pour fuir.



Et pour te soutenir, peut-être devrais-tu voir un professionnel (psychothérapeute, psychanalyste, psychologue…), tu sais qu’il y a aussi des méthodes pour les personnes souffrant d’un important surpoids (anneau gastrique..). Enfin, je ne suis pas une spécialiste, mais demande conseil à ton médecin généraliste, il pourra t’aider à t’orienter.



Chose importante pour finir, Kleman , il est évident que je ne te connais pas, ni ton parcours. Peut-être as-tu déjà tenté des choses, peut-être as-tu déjà entendu 100 fois les mêmes conseils…. Enfin bref, je ne veux pas que tu aies l’impression que je me prenne pour dieu ou que je pense pouvoir résoudre ton problème en 2 secondes. Je voulais juste te dire ce qui me poussait à tenter d’aller mieux, et te donner quelques conseils, que tu suivras ou non, tu es maître de ta vie.



Voilà, en attendant je te souhaite bonne chance.

Écrit par : Cello | 29/08/2004

j'ai vraiment été très émue par tous vos témoignages..

klem , tu m'as encore fait pleurer, la dernière fois c'était en lisant un de tes poemes... tu es si doué, je sais je me repete...

tu devrais relire tous ces témoignages, je n'ai pas la réponse, mais des choses importantes ont été dites...

Parfois , et surtout quand on est dans cet état, on se bloque et on devient sourd alors je te conseille de les relire plus tard et tu verras, tu les interpreteras d'une autre manière.

moi, j'ai 35 ans... et il n'y a pas si longtemps que ça que je me suis redouverte..oui.. oui... j'ai repris confiance en moi.. il suffit d'un petit déclic, c'est vrai..

et la solution c'est seulement toi qui pourra la trouver. Bats toi Klem, tu n'as pas le droit de te détruire, beaucoup de personnes t'aiment profondement même si tu te sents seul parfois.

Écrit par : clafouti | 30/08/2004

Salut, je suis très intéressée par tes propos parce concernant le rapport au corps je ressens exactement la même chose que toi. Je te proposes, si tu le veux, de me contacter par mail, car j'aimerais en savoir plus, et échanger nos impressions sur la question. Je n'ai encore jamais parlé à quelqu'un qui a dit ces mots là (je me dégoute, mon corps me dégoute) et je pense que nos expériences croisées pourraient, pourquoi pas, nous être bénéfiques à tous les deux.

Écrit par : BLoWBaCK | 30/08/2004

Listen!(lol)



Tu ne dois pas penser au regard des autres klem, tu ne dois pas te dire "Oula, lui y me regarde comme un gros" ou te dire "Avec le regarde de fou qu'elle m'a fait, risque pas que j'la baise" (désolé du vocabulaire).



Tu dois surtout oublier de penser à l'amour... l'amour et toujours l'amour ! Tu as des amis, tu as des connaissances... ils (ou elles) peuvent t'aider à trouver cet amour... en tout cas moi je l'ai rencontrée par un ami...



Ne te dis pas que les gens te regardent bizarement pcq tu es gros et moche... changent leur pensées en ce que tu veux (puisque tu ne sais pas ce qu'ils pensent)! non?



Bon aller kleman, courage!

Écrit par : silver | 30/08/2004

L'homme passe sa vie à raisonner sur le passé, à se plaindre du présent, à trembler pour l'avenir.

[Rivarol]





No comment !

Écrit par : rivarol | 30/08/2004

Plus on plaint les gens, plus ils se croient à plaindre !



[Charlotte Savary )

Écrit par : charlotte | 30/08/2004

Personne n'a dit le plaindre. Ce n'est pas plaindre quelqu'un que de vouloir le soutenir et le motiver à se libérer de ses chaînes, fussent-elles le résultat de son propre enfermement.

Maintenant si toi tu penses qu'exprimer sa souffrance c'est se plaindre, ça te regarde. Pour moi c'est juste un moyen de faire sortir tout ça, chacun a le sien.

Écrit par : Laurette | 30/08/2004

Bonjour Klem



Je vais tenter de te faire partager ma propre expérience ...

à 17 ans je faisais 75 kg pour 1m70... je me détestais les mecs étaient mechants avec moi et oui pour une fille c'est encore plus dur car les mecs sont intransigeants !!! Donc je me suis dit pour mes 18 ans je veux etre "normale" j'ai perdu 15 kg, j'etais tip top aux yeux des autres et là ou ma vie a changée c'est que effectivement on me regardait !!!!! Mais j'ai détesté n'etre qu'un bout de viande !!! Je suis moi avec ma tete mon coeur ma sensibilité et pas qu'un corps !!!!! Et donc logiquement j'ai repris mes kg ce qui heureusement ne m'a pas empecher d'etre aimée et d'aimer ..... Et j'en ai pris encore et ecore suite à des problemes perso...

Longtemps je n'ai pas eu confiance en moi ! Aujourd'hui encore quand on me dit que je suis belle ça me fait rire ! Il y a plein de choses que je n'aime pas chez moi mais j'ai appris à m'aimer pour ce que je suis et non pour ce que je represente et c'est là l'essentiel ! J'aime mon sourire, ma réparie, mon humour (meme s'il n'est pas toujours compris) et plein de p'tits détails qui sont aussi appréciés. Mes kilos font partie de moi ! J'en aimerais quelques uns en moins mais je sais que jamais je ne serait dans la "norme" et c'est aussi cette différence qui fait que je suis celle que je suis ! Je ne me fond pas dans la masse !

Et dis toi que les nanas sont bien moins intolérentes envers les mecs grassouillets que l'inverse ... Il faut juste savoir aussi se mettre en valeur et non se cacher ou penser se cacher ...

On a tous des atouts il faut juste les montrer !

Mais surtout, le plus important, c'est qu'il faut s'aimer !!! Si l'on ne s'aime pas on ne dégage que du négatif et ça se ressent !

Etre dodu (j'aime pas les mots gros ou obese que je trouve trop négatifs) c'est juste etre différent... et c'est aussi la différence qui fait la richesse des gens parce qu'etre different n'est pas toujours facile, on doit lutter, parce que les méchants, les cons, les intolerants tu en croiseras toujours !!!!!! Mais je crois que là ton pire ennemi c'est toi et ton refus d'etre ......

Accepte toi, et les autres en feront de meme ! Mets en avant tes atouts !! ne te cache pas !

On n'a qu'une vie ! Il faut la vivre pleinement !!!

Je sais ça parait facile à dire mais pas à faire je suis ok ! Mais c'est à toi et à toi seul de réagir !!! de te mettre un bon coup de pied au cul (en étant polie )

je pense aussi qu'ecrire peut t'aider à t'ouvrir et c'est p'tet un bonne chose mais puise au fond de toi ce que tu es !!!!!! Tu es sensible, doux c'est ce qui transparait de ce que tu ecrits mais regarde toi avec un oeil plus positif !!

En ecrivant ici tu te devoiles mais fais le de maniere constructive

Et pour finir il faut parfois ne pas hésiter à se faire aider ... lorsque l'on crie au secours ....

Je t'embrasse

Cécile ;o)

Écrit par : Cecyle_33 | 30/08/2004

Respect à tous pour votre attention à notre mister Bisoux national.



Ah ben vi, kleman, voilà, on peut commencer à causer à présent. Je suis dans le même cas qu'Iza, on s'est très peu causé tous les deux mais tu m'as émue, par ta gentillesse, par ton attention, par ton âme qui est belle comme beaucoup l'ont souligné avant moi.



Mais maintenant que tu viens d'exposer de façon très émouvante ce qui te fait souffrir au fond de toi-même, je vais faire comme d'autres :

Te dire avant tout d'apprendre à t'aimer.

L'apparence, qu'est-ce que c'est finalement ?

Tu vois, perso j'ai longtemps souffert de ma très petite taille.

1,425 m au garrot, la mullilla

(attention, je tiens au demi-centimètre lol ! 1)

Alors oui, on vit dans une société qui rejette toute différence, si minime soit-elle.

Oui, de mon côté j'ai longtemps pleuré sur mon sort. Et puis, un jour (comme tout le monde je suppose mais je me méfie des généralités) j'ai trouvé quelqu'un qui a posé sur moi un regard d'amour et ça a bouleversé toute ma vie.

On apprend que quel que soit le physique, si on est bien en soi-même, on irradie de l'intérieur et ça se voit. Et on commence à attirer les regards. C'est fou comme tout d'un coup quand on est aimé, on commence à s'aimer, et on se met à attirer les hommes - les femmes pour toi lol 1 - comme le miel attire les mouches...

C'est prouvé, quelqu'un qui a le moral à zéro, qui est dans une phase dépressive dresse comme une barrière autour de lui qui repousse les autres.

A l'inverse, quelqu'un qui est bien dans sa peau donne envie d'échanger, attire (et parfois sexuellement aussi 1

Alors oui, il existe des professionnels. Mais il existe aussi des personnes à qui la solution du psy ne convient pas.

Il y en a d'autres, sortir, rencontrer, faire du sport.... peut être que l'écriture, le blog constitue aussi une sorte de thérapie, je suis en train d'en faire moi-même l'expérience.

J'aimerais attirer encore ton attention sur quelque chose : la déficience quelle qu'elle soit ne constitue pas à elle seule le handicap. Il y a aussi le regard des autres, que tu as très bien décrit. Et il y a le propre regard qu'on pose sur soi. Ne pas l'oublier celui-là ! La façon dont on vit cette déficience joue pour beaucoup...

QUEL QUE SOIT CE QUE TU ES, JE T'ASSURE -comme les autres avant moi-, TU PEUX PLAIRE.

Je ne sais pas si ce que je te dis t'aide, petit Kleman... Mais je suis dispo, moi aussi, tu as mon mail, et si tu veux causer je serai toujours là pour toi 1

... pour parler de tout et de rien si tu veux, et pour parler sérieux aussi, pas de prob', j'ai vécu quelque chose qui n'est pas loin de ce que tu écris là, pour autant que je puisse en juger au travers de tes simples mots couchés "sur écran".



Des tonnes de

Bisssssouuuuuux mister Bisous !



Milou 1 ouaf !

Écrit par : Milou | 30/08/2004

Je me permet de citer " Les ogres " pour te dire ce que je ne sais pas écrire...J'ai un peu 1 modifié les paroles ! Bisou.



" À 20 ans j'avais la rage,

aujourd'hui j'aimerais avoir ton âge,

(...)

on s'imagine jamais en vieux(...),

on croit jamais passer 20 ans :

quand il y est on en profite pas,

20 ans plus tard on s'en mord les doigts... "

Écrit par : annenenette | 01/09/2004

Kleman, ton temoignage m'a bouleversé ! je me reconnais pleinement dans le discours de degout, effectivement le poids ne devrait influer en rien sur la perceptin de notre personnalité aux yeux des "autres"...mais ça à la limite je m'en moque !

c'est NOTRE perception de nous qui defaille !

je me nourri des autres, de ce qu'ils peuvent m'apporter mais (malheureusement de nourriture copieuse egalement)je te souhaite d'avoir le declic Kleman, tu es un homme charmant (j'ai vu tes photos 1) dans tous les sens du terme, je te reitere mes precedents propos...les fondations sont merveilleuses...l'édifice sera fabuleux.

A bientôt 1

Min

Écrit par : Minouche | 18/09/2004

moi je te connais ... mais ça ne m'ettone pas que tu penses ça de toi !!! Enfin pensait on va dire pensait !!!!

Écrit par : Nathalie | 06/08/2011

Les commentaires sont fermés.