Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2004

La Mélancolie

La mélancolie… C’est ce sentiment bizarre, mélange de tristesse et d’espoir, qui vous prend sans prévenir et se manifeste à diverses occasions. Je ne veux pas chercher à l’expliquer scientifiquement, je le ressens c’est tout. Même à présent je ne trouve pas les mots pour en parler.

La mélancolie vous enveloppe de son froid manteau et les sensations de se répandre en vous par des vagues de frissons presque imperceptibles. Étrange. Mais je vais cesser là cette autopsie anthropo-sentimentale car les faits sont là ; et me voilà envahi.

 

Depuis quelques jours ce sentiment d’échec est revenu, dans sa forme complète en tout cas, et ce malgré tous les efforts de personnes formidables autour de moi. J’ai comme l’impression d’avoir raté quelque chose, d’y avoir trop cru et de m’être enfoncé dans une expédition onirique qui en fait me dépassait. D’aucuns diront que ce n’est que parti remise ; certes ! Rappelons que dans mélancolie il y a espoir. Mais néanmoins me voilà affaibli, mis à terre par mon propre aveuglement. Faut-il être imbécile pour penser que derrière une simple petite attention se cache peut être une grande passion amoureuse ! Je suis ce genre d’imbécile qui s’ébat généreusement dans l’exagération, à toujours voir des sens cachés extraordinaires à un simple geste anodin. La connotation amoureuse est de trop présente dans mon existence, au sens psychologique du terme, il n’y a pas d’autre mot pour me définir que « obsédé », et c’est peu dire, quand on sait que cela s’applique peut être encore plus au sexe [Je ne vais pas entrer dans les détails de cette psychopathologie compliquée, même pour moi. Je suis disponible pour expliquer si cela vous taraude tant que ça].

Revenons à nos moutons. Prenons des exemples très concrets de déclencheurs de la mélancolie : il y a –ça peut étonner- la publicité actuelle pour la Banque Populaire [maman papa moi l’école les filles les études les amis le travail la fille l’amour la vie…]. Il faut croire que les publicitaires ont bien fait leur boulot, même si ça ne me donne pas spécialement envie d’ouvrir un compte. Non, cette pub me touche évidemment par son contenu, le déroulement d’une vie rêvée, fantasmée qui m’échappe encore. Je me dis : « punaise qu’est ce que j’ai envie de vivre des choses comme ça [je demande pas la lune non plus] ». Et c’est là qu’intervient la mélancolie : je suis triste de ne pas connaître ces plaisirs immenses de la vie et dans un même temps j’ai l’espoir de les vivre un jour –bien qu’à certains moment j’aie du mal à l’avoir cet espoir-. Tout ceci est exacerbé chez moi, et on peut critiquer ma vision pessimiste, à ne pas apprécier ce que j’ai au jour d’aujourd’hui. C’est compliqué tout ça et je m’y perds d’ailleurs en écrivant ces mots. Il y a des périodes, des cycles dans la vie, des hauts et des bas, la roue tourne pour continuer dans la métaphore, tiraillé entre le haut et le bas je me laisse trop souvent succomber aux charmes de la gravité. Pourquoi garder la tête hors de l’eau ? Se noyer ne demande aucun effort.

Il y a des périodes donc, et en ce moment je ne peux pas voir la vie en rose. J’en suis à une phase où je me laisse aller, où voir des enfants, des couples et parfois même simplement des filles me ramène constamment à ma triste solitude. Pathétique. Il y a tellement de choses qui m’influencent, je me sens égoïste d’être comme ça… Envieux du bonheur, c’est le monde à l’envers moi qui arrête pas de dire que je me fout d’être heureux si les autres le sont. Simplement des fois j’ai du mal… et j’ai mal.

J’ai des idéaux de vie, mais je ne sais les appliquer. J’ai une vision « spéciale » de l’amour mais c’est en total décalage avec les priorités modernes et de toute façon je ne colle pas avec le personnage… J’ai le ventre plus gros que les yeux… et il n’y a pas de bébé dedans.

 

Vous connaissez tous ô combien je peux être horrible avec moi-même dans ces moments là, il est plus sain que je n’en rajoute pas.

Commentaires

klem.. tu veux brûler les étapes...????

écoute..mais c'est tellement rare cette envie à cet âge.

la vie de couple .. ce n'est pas toujours rose et ne crois pas non plus que ce sera la solution pour toi de sortir de ce mal-être que tu vis actuellement...

je comprends bien que tu puisses te sentir si seul.. mais avant de parler d'un enfant, il faut d'abord parler de couple.. et faire un enfant c'est un engagement pour la vie. et ce sont les premières années de sa vie qui le guideront vers son futur..

il faut à présent faire un choix.. je pense.. si tu es vraiment interessé par telle ou telle personne il faut le dire klem, lui dire ce que tu ressens pour elle , ce qu'elle t'apporte , ce que tu souhaites et désires avec elle.. tu ne peux pas attendre indéfiniment qu'on vienne te chercher.. lance toi.. jette toi à l'eau .. et exprime tes sentiments et il ne faut pas avoir peur de perdre tes amis car si ce sont vraiment des amis ils seront toujours là à tes côtés pour te soutenir...

il faut prendre des risques..et arrêter de te faire du mal , de souffrir.. je pense à tous ces actes manqués à cause d'une timidité, d'une angoisse, d'une peur.. ne gâche pas tes 20 ans ..

et on peut se tromper, on le droit de se tromper, heureusement.. c'est ce qui nous fait avancer , nous rend plus fort.. donc tu risques de tomber de très haut.. et il ne faut pas en avoir peur.. tu ne pourras que mieux avancer dans ta vie...

voilà klem....

Écrit par : | 02/11/2004

anonyme .. c'est moi..oublié..

Écrit par : clafouti | 02/11/2004

tu te fais du mal pour rien...

arrètes de reflechir et fonce...

vie vraiment ta vie et arrètes de la rever!!!

bon courrage

bis

estéban

Écrit par : esteban | 02/11/2004

pti Klem, il faut que tu arrete de t'auto-blesser...Quand tu vas bien tu va tellement bien, pourkoi ne pas te laisser aller au bonheur sans penser à l'avenir ? Je te l'ai dis souvent, tu lle sais déjà, mais tu as TOUT TON TEMPS...Bisouuuuus.

Écrit par : annenenette | 02/11/2004

Les commentaires sont fermés.