Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2005

Mon cerveau continue à rever Part1

Mon cerveau continue à rêver, même si il est mort. Musique douce qui vrille l’esprit. Paradoxe permanent. Je n’arrive pas à me faire à l’idée que ma vie sentimentale est finie bien avant d’avoir débutée. Les apparences ne trompent plus. Oui je suis obsédé par ça, oui je pense que pour réussir sa vie il faut réussir à aimer et à être aimé ; vivre une existence « normale » (mot ultra galvaudé j’entends bien). Et je trouve que je suis dans la vérité en pensant ça, il n’y a rien de plus beau que l’amour, il n’y a rien de plus beau qu’un couple qui s’aime, il n’y a rien de plus beau que ces moments partagés, il n’y a rien de plus beau que cette tendresse échangée, et puis il n’y a rien de plus beau qu’une femme, qu’une femme enceinte, il n’y a rien de plus beau que la vie… et tout ce qui s’ensuit.
En effet j’ai la naïveté de l’inexpérience, certains argumenteront sur la pertinence de mon discours, et pourront me railler en usant du slogan d’une célèbre marque de pommes de terre surgelées. C’est vrai, et je ne le nie point. Mon avis en la matière est mille fois moins important que celui de quelqu’un ayant par exemple déjà goûté au vrai baiser. C’est ainsi. C’est la vie.
Chaque jour je crois tomber amoureux, chaque jour je m’imagine vivre les plus belles émotions, et chaque jour je me tue. Je tue dans l’œuf toutes ces pensées, je martyrise ce pseudo amour pour bien me faire comprendre que je n’ai pas le droit, non pas que je n’y ai pas droit, mais je n’ai pas le droit d’aimer. Pour mon existence insipide aimer c’est souffrir, aimer c’est faire souffrir parfois, ce qui est encore plus insupportable, aimer c’est tomber du nuage ; alors je n’aime pas, et pourtant j’aime. Triste dilemme. Quand j’aime je ressens la plus vive des émotions, la plus salvatrice, mais dans le même temps cela exacerbe la haine que j’ai contre ce personnage tapi au fond de moi.
C’est bien joli d’avoir de jolis mots, d’être prévenant et courtois, de sourire et de bisouiller, mais qu’en est-il vraiment ? De la poudre aux yeux tout ça. La douleur me sort par les pores et avilie tout mon être, une aura se crée autour de moi, mélange d’égoïsme, de froideur timide et de mal-être permanent. Où que je sois j’ai honte d’être là, honte d’exister à ce moment présent, honte de forcer les gens à me côtoyer ; c’est terrible ; les moments de satisfaction sont bien trop rares.
Comment aimer quand on ne s’aime pas ? Le leitmotiv des psychologues sur papier glacé. Quand on ne s’aime pas on aime les autres de tout son être. L’autohaine c’est de l’altruisme. Se dire que l’on est quelqu’un de bien c’est mépriser les autres, cet orgueil me semble déplacé. Malgré tout je ne dis pas que se dénigrer à l’extrême est acceptable, comme toutes les exagérations, c’est néfaste, mais il faut savoir mettre de coté son estime de soi pour mieux voir les autres, ne pas se cacher derrière un piédestal doré.
Je suis têtu vous direz vous, je vous lasse à toujours ressasser les mêmes choses, à toujours trouver des contre arguments à tous vos généreux conseils (qui me touchent énormément, je tenais à vous en remercier). Oui je suis borné, borné à comprendre mon existence, borné à savoir pourquoi tout ça.

Commentaires

y a tellment de gens , autour de toi qui t'aime , alors que toi tu es aveugler par la cherche du bonheur que celon toi passerait par le biais dune femme , or tu ne te rend aps compte que ton bonheur tu le construit tout les jours, et chaque jour te fait avancr vers de nouvelles choses...

amicalement

Écrit par : ## | 30/01/2005

STOP l'auto négativisme, please ! Tu as beaucoup de bon en toi, tu le SAIS. :-)
Bisou.

Écrit par : annenenette | 31/01/2005

moi non plus je ne m'aimais et g trouve cet amour dont tu parles tant, et si merveilleusement, un peu trop tristement, je n'y croyais pas du tt non plus
tu poses la question : Comment aimer quand on ne s’aime pas ?, je repondrai dans les yeux de la tendre et chere que tu trouveras et que tu cheriras, elle sera la pour te rappeler toutes tes qualites, ta generosite, bon je peux pas continuer je ne te connais pas assez
et c dans ces paroles a elle que tu pourras t'elever, elle te dira que tu es qqun de bien si tu n'arrives pas a te le dire, et dans sa bouche tu y croiras, meme si tu restes pas convaicu au fond de toi
tu m'a tellement touche que je voulais reagir
la voie de l'amour est escarpee mais une fois trouvee, elle t'emmene sur de tres beaux chemins bordes de fleurs et de parfums, ne te decourage pas, je suis sur comme tout le mobnde autour de toi que tu la trouveras, et l'attente ne sera jamais vaine, et j'espere que tu penseras a tout ca ce jour la, le jour ou tu te reveilleras

Écrit par : scoubedo | 08/02/2005

Les commentaires sont fermés.