Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2005

DES LYRES

je vous vois fondre en larmes et vous arracher les cheveux à la seule pensée que ma vie pourrait vous paraître opaque une minute de plus. Je suis pris de pitié voire de remords entrecoupés de curiosité rétroactive. Je céde donc aux sirénes de vos cris acérés et sympathiques. Je vais donc vous narrer l'histoire de ma vie, non sans une certaine émotion déclenchant par effet de proche en proche quelques trémolos dans ma voix (il est certain que ma voix vous ne l'entendez pas, mais je tenais à vous décrire l'ambiance générale de la situation actuelle).

Mettons tout d'abord les choses au point, les barres sur les T et les trémas sur les E de Raphaël. Ce n'est pas mon prénom !!! Nonobstant le grand intérêt que vous lui portez, mon prénom ne représente qu'une infime partie de mon existence, une partie administrative pour sa grande majorité. Mais je m'égare, j'ai pris la bretelle d'autoroute dans le mauvais sens, à présent mon pantalon est décousu, si ça continue on verra l'trou d'mon... hum hum

Bien ! maintenant que les flemmards de la lecture nous on laissé pour aller lire des bandes dessinées, les choses sérieuses vont enfin pouvoir débuter !
Plantons le décor: une forêt profonde, au fond d'un ravin profond, dans le plus profond des canyons de la plus profonde des contrées de ce pays qu'on appelle Pays. dans le fond d'un terrier de cette foret profonde naquit un jour un petit être qui, du haut de ses 3 pommes ignorait tout de sa destinée qui aillait le porter aux nues. Sa célébrité serait infinie et universelle, ses milliards de fans l'attendraient impatiemment pour recevoir leur drogue et son effigie occuperait allégrement tous les murs de la grande cité... mais ne nous avançons pas, le lapin de Pâques n'en est qu'à ses premiers batifolages juvéniles...

Bien ! ceci était évidemment une ruse pour décourager les derniers lecteurs encore vivants. Pour ceux qui résistent je leur propose au choix un bel AK47 tout confort, très maniable, grand succés dans tous les pays du monde, recommandé par les Farc, même si une utilisation parfois hasardeuse OU alors un superbe lance roquettes double détente à canon scié avec viseur numérique ou optique, 5millions de pixels, possibilité de faire une video et d'imprimer ses clichés (imprimante Canon vendue séparément)...
Ma vie est un secret bien gardé, j'ai demandé à Guillaume Aldebert de me preter Jack Bauer et ses moines shaolin sous acide...

HOLA !! que de violence ! que de haine !! ça ne me ressemble pas !!
oui c'est vrai, mais j'adore l'ambiguité, et ce aussi pour user du terme peu usité: "désambiguisation". on a pas souvent l'occasion de le sortir alors mine de rien j'en profite. Désambiguisons la situation, soyons nets et précis, aussi précis que le sus-cité lance-roquettes ou bien aussi précis que mon doigt touchant mon clavier d'ordinateur afin de vous faire profiter des délires de mon cerveau malade et soporifique (imaginez la scène d'un érotisme rare: le frôlement sensuel de la peau digitale sur le plastique de la machine, épiderme contre épiderme, goutte de sueur perlant tombant sur le bouton "M", cybersexe ?)

Je disais quoi au fait ? ha vi, ma vie...
Je n'ai malheureusement aucun souvenir de ma vie spermatozoidaire, même pas un vague souvenir d'une crampe de flagelle ou de pénétration ovarienne victorieuse (chose qui, avouons le, a bel et bien existé, j'en suis la preuve vivante). Alors au début était la parthénogénése, la photo synthése, la tartalafrèse et je vis le jour dans mon chou un samedi pluvieux de novembre en l'an de grâce 197. heuuu 189. heuuu ... en l'an mil... Bien né je ne fus pas mangé par le chaperon rouge qui raffolait de la choucroute, c'était les vacances scolaires et ma maman, fine jardinière eut pitié de mon sort, mon papa ne me jeta pas avec l'eau du vin (du vain ?).
Je naquis dans cette période sombre où les dinosaures régnaient en maître sur le Poitou Charente et où la Normandie était encore une île peuplée de sirénes. On peut dire que ya des gens bien plus mal lotis. Dans ce Cher bourg, le 12 novembre fut décrété fête municipale, 3 mois de festivités furent spontanément organisées, le budget du conseil général fut décapité sur la place publique pour pouvoir laisser libre court à la joie de la plébe, la rue était en liesse permanente. J'étais venu au monde, et le monde était ébahi.
Depuis j'ai fait un régime chevillère.

Mon enfance ne vous concerne pas, d'ailleurs j'ai pas eu les autorisations du ministère de la santé pour dévoiler autre chose que ça: "de 6 à 12 ans, monsieur Klem a grandi de 6 années...."
désolé pour ceux qui auraient pu s'en repaître, mais la loi est la loi... je propose que l'on organise des manifestations contre ce gouvernement qui nous spolie de nos droits de moutons !! les Kebabs au pouvoirs !!! Mais je ne voudrais pas insérer mes idées politiques dans ce récit qui, je vous l'assure, est totalement véridiquement vrai, maître S. peut en témoigner.
12ans... c'est à ce moment là que ça devient intéressant... le 5 mai 1978 heuu 147. ... de cette année là, ma vie prit un tournant décisif... En effet, mes enfants décidérent de partir rejoindre leur maman dans le Connecticut; moi, sans plus aucune attache à ce monde pourri, je pris mon sac à dos, 24 pots de nutella, et je pris la route comme certains prennent la mer, moi la route elle m'a prit, j'me souviens un mardi. La "route" c'est le nom de la police taiwanaise qui m'a capturé aprés mon holp up dans un magasin de farces et attrapes de la rue MaoZetung de Taipei. La route je l'ai pris dans la gueule sous la forme d'un bottin des artisans de 1974 de la ville de Chang-hua... Mon innocence juvénile n'y résista pas, je devins un homme... 5 ans dans une prison d'état chinoise ça vous change un homme. J'ai passé mon baccalauréat L avec mention, un doctorat de physique appliquée et un bep tourneur-fraiseur en poche, je me sentais prêt à affronter la vie. A ma sortie je pensais rejoindre ma patrie, mais le bi moteur de la TWA qui faisait la liaison Bali - Sydney explosa sans laisser d'adresse... heureusement j'avais pris le bateau.
le Méthanier "Beautiful oil of eyes" me permit de me familiariser avec la mécanique maritime, le moteur étant tombé en panne au large de Waliss et Futuna, je réussis à le remettre sur pied grâce à une baleine de soutien gorge trouvé dans la cabine du maître-queue. A présent dans cette partie du monde on me nomme "Maqueuejyveur" (j'ai pu apprendre le pakistanais, et ça veut dire: "étranger croyant que ce qu'on luit dit est un compliment".. .Sacrés Pakis ! Malgré toutes ces péripéties partagées avec l'équipage, une partie de Uno me fit perdre tout mon pécule rassemblé en vendant des oreillers dans la geôle sino-taiwannaise. Je fus mis sans ménagement par dessus bord. Je vous passe les détails, les batailles à mains nues (muscles saillants et légérement bronzés) avec les requins géants mangeurs d'homme, les jours sans manger, sans dormir, à nager des milliers de kilométres... etc... C'est à ce moment là que, dérivant sur une feuille de bananier, j'inventai le surf des mers (nom donné en hommage à Surfanana, le petit mousse malgache du "Beautiful oil of eyes", me laissant ainsi à l'abri du besoin pour les siècles et les siècles Amen (le flouze). Bon ensuite rien de palpitant (6 ans sur une île déserte à travailler mes biceps et mes mollets, l'invention du frigo, la montée du K2 sur une mobylette peugeot, le record du monde du 100m.... mais je reste modeste, et je continue ma vie dans l'anonymat le plus total, je m'étais fait pousser une moustache teutonne).... C'est à l'âge de 31 ans que je revins en France, j'étais déja deux fois grand père, et je fus tout émotionné de retrouver ma famille qui m'avait attendu jusque là (il faut dire j'avais gardé sur moi la clé de mon coffre à la banque).
Ma vie est depuis lors paisible, une petite traversée de l'océan pacifique à la rame de temps en temps pour garder la forme, mais je me rouille un peu, j'ai même échoué deux fois aux tests de la Nasa pour aller sur la SSI, trop de cannabis dans le sang il parait... mais la 3ème fois j'ai prélevé du sang sur ma chatte pour passer incognito mais voila qu'ils m'ont encore dit non: pas de femme enceinte dans l'espace... j'ai jamais eu de veine...Ivre de rage, je me retirais dans un monastère du Dolpo pour me faire raser les cheveux et manger du fromage de yack, c'est divin... Lors d'une soirée pyjama entre bonzes, on est venu me chercher, des hommes en bleu et blanc: ils avaient besoin de moi pour une mission capitale, le salaire serait conséquent et les frais pris en charge. je dis Bingo et je servis ma patrie contre les envahisseurs, je fus à l'origine de 3 buts lors de la finale...
Quelle vie excitante allez vous vous dire !!!! si si, je vous vois bouches bées, vous pinçant pour voir si ce n'est point un délire onirique, j'en vois meme un appeler St Anne (Vinatier/Cadillac)... et toi là au fond ! oui toi ! enleve ce doigt de ton nez !!
Ha ha ha, nan j'rigole, c'est faux ce que j'ai dit.... vous y avez cru ?? mouhahaha, z'etes crédules... bien sur que je n'ai pas inventé le surf des mers !!!! c'est le ski de fond dont je posséde le brevet !!
Bravo à celui qui a relevé la petite erreur, il gagne un cadeau: un chat dédicassé par Brigitte Bardot.

Aujourd'hui, j'ai 98ans, j'écris ces lignes sur une feuille de papier à l'aide d'une vieille plume d'oie, l'humanité est sur son déclin. La guerre des ordinateurs a completement liquéfié les volontés, l'homme n'est plus que l'ombre de lui même, larbin des musaraignes devenues toutes puissantes suite à la fuite de la centrale nucléaire de Blaye et à l'explosion de la mode des strings pour animaux de compagnie.. Autant vous dire que le monde est totalement fou !!!! le string n'a aucun avenir commercial... j'ai d'ailleurs lancé une ligne de boxers pour rongeurs, je vais leur pourrir le marché à ces jocrisses !!!
Ma vie n'a plus rien de palpitant, j'habite seul avec maman, dans un très vieil appartement, rue Salazar... rien de bien fameux.
Je vous écris vous les générations futures, prenez garde à la fermeture automatique des portes, la société des wagons lits et heureuse de vous accueillir dans ce TGV et vous propose un large choix de sandwichs et de boissons chaudes ou froides... ma vie est un voyage....

à bon entendeur... chahut

PS: tout ceci est vrai, aussi vrai que je suis une fille....
PS2: il manque la fin, mais pour ça il faudra me tuer....

Commentaires

pas mal écrit
trés loufoque mais bien quand même !!!!!

Écrit par : pat | 30/03/2005

une sorte de tristesse ou je sais quoi d'autre au debut, j'ai vite été surprise. tout n'est qu'histoire RP superbement écrite! c'est étonnant! jaime beaucoup les péripéties de ta vie :D

Écrit par : Nessa | 06/04/2005

Royal ce moment passez en votre organisme, un enorme compliment et felicitation. Merci enormément pour cette lecture.

Écrit par : paris en ligne | 27/05/2014

J'aime bien votre blog, nous vous laisse ce commentaire pour vous aidée à le maintenir à jour.

Écrit par : paris sur france honduras | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.