Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2005

Ma Boule et Moi

J'observe les reliefs de ce repas permanent, les reliefs de mon corps en sont les plus fidèles garants... C'est étrange...Mal

Mal au ventre, rempli jusqu'à la souffrance, rempli de quoi ?
Avoir mal n'est pas un plaisir, avoir mal c'est exister, j'existe dans la négation de mon existence.
Je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez, je me roule en boule et j'attends...
Avant je soufflais pour dissiper le brouillard et voir les merveilles futures, à présent c'est un mur de béton armé, la brume s'est figée et s'est solidifiée... Je n'ai même pas de marteau piqueur... Et pas question d'aller en louer un à Kiloutou... Je crois que je suis dans une impasse, les pulsions reviennent, la bête a gagné, je suis coincé, plus envie de résister... Elle entre en moi, me bouffe, la bouffe. C'est une histoire entre ma Boule et Moi. Une guerre de 100ans qui n'en finit jamais... Pourquoi elle m'en veut ? Pourquoi me détruire ?
C'est moi qui suis au centre de cette guérilla égocentrique, au centre de l'égo il y a moi. je hais cet ennemi qui prends place dans mon corps. Je voulais l'aimer ce corps. L'ennemi vient de l'intérieur, il pose ses charges explosives depuis des années, la destruction a déjà commencé... La façade subit pourtant de belles restaurations, des grandes rénovations et des couleurs vives pour les peintures... Mais elle cache mal le chaos interne, tout est branlant. La boule enfle. Les cloisons cassent, les étais se disloquent, tout tombe en ruine... Des longs efforts anihilés en quelques instants... Les larmes coulent, les canalisations fuient.
Entreprise de destruction, ça doit etre une de ces grosses boules qu'on voit dans les films...
Mais ça fait mal, dans la tête et dans la tête, le corps c'est dans la tête, et je souffre au corps. Je me tue petit à petit, dans mon indifférence la plus totale.
Je suis gros, je suis enceinte... Si seulement... Baby blues. Ma vie a déjà accouché. Regrets.
Je m'interdis d'aimer, au moins c'est clair et net... Mais je me prive de ce qui motive ma vie. Trouble paradoxal, paradoxe troublant... Est-ce que je cherche un simple exutoire ou un prétexte à la mort ?
NON ! ça je n'en veux pas, je veux plutot me mentir que de savoir que la prochaine étape de ma vie c'est ma mort. Je veux vivre. Je ne peux pas. Je m'accroche. Je tombe. J'en ai assez. Ennui.
Tout ça sert à quoi ?
Je veux un bébé, j'veux vivre comme tout le monde, j'veux une vie monotone, j'veux aller acheter des couches à Leclerc, j'veux aller me balader le dimanche en foret, j'veux mettre ma fille sur mes épaules pour lui faire voir le monde, j'veux prendre la main de ma femme en me disant que la vie est belle... La vie est belle... Jusqu'au réveil...
J'ai cette boule dans la gorge, je ne peux plus respirer. J'étouffe. J'veux pas d'aide, j'veux pas entraîner les gens que j'aime. j'veux de cet amour, mais ça les fait souffrir, ça les déçoit, ça les afflige... NAN NAN NAN... j'veux voir des sourires... et les larmes gardez les pour ceux qui souffrent vraiment, pour ceux qui connaissent la vie... Eux ça vaut le coup... Je veux être spectateur. j'en ai marre de vous infliger ma déprime. Ça sert à rien. Oh et puis je sais plus quoi écrire... Je dévie totalement en plus et j'écris n'importe quoi.
On a pas besoin d'amour pour vivre... A d'autres...
La réalité m'a quitté depuis longtemps, c'est bien la seule rupture que je connais...

Commentaires

:'( Bah toi alors !
Allez Kleman faut pas déprimer like this ... !
Des fois, on croit savoir ce que l'on veut, et quand on a ce qu'on voulait, on veut autre chose : la vie est si compliquée !. Menfin bon, je sais pas vraiment ce que tu vis, alors je te dis une seule chose : courage à toi ...
:-* G

Écrit par : Standalonemajor | 16/04/2005

arretes de tes flageller, arretes de ne plus croire. Tu à l'air d'avoir été déçu, mais ça va, ça viens...J'étais comme toi avant, avant d'accepter d'être heureuse un peu, des fois..
et puis un jour tu croise quelqu'un, et juste un sourir de sa part, presque rien..ca fait tout
courage

ps: tu écris très bien (moi jalouse)

Écrit par : lala | 16/04/2005

arretes de tes flageller, arretes de ne plus croire. Tu à l'air d'avoir été déçu, mais ça va, ça viens...J'étais comme toi avant, avant d'accepter d'être heureuse un peu, des fois..
et puis un jour tu croise quelqu'un, et juste un sourir de sa part, presque rien..ca fait tout
courage

ps: tu écris très bien (moi jalouse)

Écrit par : lala | 16/04/2005

moi avoir ordi pourri qui bloque, sorry pour ce flox débordant : )

Écrit par : lala | 16/04/2005

C'est toujours dur d'attendre, mais dis toi qu'au bout de cette attente il y a quelque chose de merveilleux, et que tout cela sera finit...

Écrit par : Alexia | 26/04/2005

Moi je ne te connais pas, mais ton blog m'émeut toujours. Je n'ai rien à te dire, pas de conseils à te donner, mais juste un mot : COURAGE.
Et un bisou aussi.

Écrit par : liloute | 27/04/2005

Les commentaires sont fermés.