Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2005

Vertiges Haineux...

Je ne hais que moi, je ne suis qu'un moi qui se détruit, qui ne parle pas mais qui s'affole, et là qui écrit des mots sans savoir les paroles....
Il est rare d'utiliser le mot haine pour soi même, d'aucuns diront même que j'exagère... Mais le seul mot qui peut être admis dans le cas présent est celui ci: haine. Plus de repères plus rien, plus d'espoirs plus rien, plus rien plus rien. Plus rien à jouer, plus rien à dire, plus rien à souhaiter; tout à vivre mais tout à regretter. Plus de vérité, de mensonges, plus d'amour, plus d'envies, plus rien... que de la haine...
Bizarrement il n'y a plus de larmes, plus que de l'amertume qui coule de mes yeux... j'aurai préféré du sang, au moins on le ressent. Mais l'amertume ronge en silence, se repaît des derniers soupçons d'espoirs...
Plus de confiance... m'en restait-il seulement ?
Je tombe... ce n'est pas une chute c'est le sol qui vient à moi et me percute. Je veux gésir au milieu des restes de mon coeur, l'ancien coeur qui voulait battre pour celle qui....
Perdu, haineux, je ne sais plus quoi penser... Ce monde n'est qu'un rêve, un rêve qui vous nargue et qui ne se réalise jamais, qui vous ouvre sa porte mais vous enferme à clé. Cette vie n'est que chimére. Mais c'est moi qui la guide, c'est moi qui la nourrit, qui la charge de m'inventer des existences. Je me déteste. Vertigineuse enclave où je m'enferme à jamais, mon oubli est la meilleure des armes. Ne prêtez pas attention aux éclats du jeune con, ne lui faites plus espérer que le bonheur est là, à portée. Le bonheur est autour de lui, mais il le détruit par plaisir, sadisme dérisoire.

Je ne veux plus... Juste perdre la vue, perdre la vie, perdre l'envie... Je n'ai jamais rien gagné. Je préfère rester à dormir le long du chemin. Attendre.
Je détruits les gens qui s'intéressent à moi, je tue dans l'oeuf toutes mes vies futures, pour bien empêcher qu'elles se réalisent, ce serait trop facile. A chaque fois tout va mieux, à chaque fois tout va mal. Mon coeur même en morceau, ne veut cesser d'y croire, mais il n'arrive à rien. Rien, rien, que du rien. L'amourien, la vie rien, vaurien... Je ne sais même pas écrire ma haine, je n'ai pourtant plus que ça pour meubler mon cerveau, j'y installe la gangréne qui me bouffe et bouffe les autres... L'échec est rude, le serait-il s'il n'induisait pas un pronostic vital ? Tout le monde subit des déconvenues, pourquoi moi, sale con de mon état, je devrais en faire tout un fromage ? Pour le bouffer pardi.. Et bouffer comme un porc tout ce qui me vient, jusqu'à mon propre moi... Me donner en spectacle comme je le fais ici ça me fait croire que je suis important... au moins pour quelqu'un....
Putain j'écris mal, et je mets plein de point de suspension, ça fait louche... ben tiens, encore. C'est pour meubler le vide avec des suspensions... Suspendre, supprimer, rendre au néant ce qui lui a toujours appartenu...
Oh la la comme il veut se donner l'image d'un poéte maudit ce Clément, c'est quand même pathétique... "Bouhouhou, c'est nul la vie, je vais me jeter sous un train/avion/bateau" ... Mais putain j'ai même pas les nuts de faire ça, ça réglerai bien des choses. Nan, moi j'attends que manger me tue, j'attends d'avoir un accident de voiture, j'attends l'arrêt cardiaque, j'attends l'explosion d'un colis piégé sur ma pomme (au moins une mort médiatique et même pas lâche), ya bien que la vieillesse que je n'attends pas.
Et j'fais mon petit martyr noyé dans la soie... Vie de merde, vie de merde, vie de merde... Et oui je me regarde le nombril. Nombril qui est fort moche par dessus le marché. Super !
L'herbe est plus verte dans le pré du voisin, mais moi j'ai même pas de pré à moi, j'ai tout vendu pour acheter ma dope. J'ai même pas compris qu'on pouvait se la faire pousser dans son pré. J'suis idiot.

"nan mais arrête Clém, t'es un type bien, t'es beau, t'es intelligent, sois un peu patient, à 21ans t'es encore jeune, y'aura bientôt une jolie jeune fille qui n'attend que toi, et tu seras heureux et blablabli et blablabla..."
Retenez moi... j'vais me gifler ça vous apprendra à raconter n'importe quoi.
Le bonheur il me regarde au loin et me rit au nez, et pour les filles je suis le gentil garçon. [bouhouhou, ho, c'est trop triste laisse moi pleurer et essaye de rentrer dans les ordres, gros con]
Aujourd'hui est un autre jour où rien va se passer... à ce rythme là, je peux vous raconter toute ma vie...
Je n'arrive pas à voir mon avenir plus loin que deux semaines, aprés c'est le noir total, et aucune lueur à l'horizon, aucune vraie lueur. Fini Femme, Enfants, Maison, Berline, Chat, MicroOnde, Vacances au ski, Lave linge, We à la plage, Table de Ping-pong... Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise.

Pris de vertiges, je chute et il n'y aura plus jamais de bras pour me rattraper. C'en est fini de l'espoir...
la haine reconstruit mes neurones à sa manière... Je deviens fou, oubliez moi...

Commentaires

"Me donner en spectacle comme je le fais ici ça me fait croire que je suis important... au moins pour quelqu'un.... "

Se confier est un des principes de base pour vivre heureux, ou du moins supporter sa vie, mais ce n'est pas toujours évident. Je ne sais pas si tu te confies facilement aux gens qui t'entourent, mais les blogs sont un fabuleux moyen d'extérioriser son malheur en écrivant, et de se confier plus facilement....
C'est toujours plus facile de parler à un écran qu'aux autres ou qu'à soi même. Et aussi plus facile d'exprimer ses pensées et ses troubles par écrit.
C'est le même procesus pour les forum ou pour n'importe quel moyen de communication via internet.
Alors, continue à écrire, il n'y a qu'en ayant conscience de son malheur et en en parlant qu'on trouve l'envie de se battre. En parler pour être plus en accord avec soi, mais aussi car la victoire ne se fait pas seul.
Bien à toi Klem!

Écrit par : une inconnue | 28/04/2005

"que je suis important... au moins pour quelqu'un.... "


Oui.

Et si au lieu de t'enfermer dans ce cercle, tu bougeais, histoire de découvrir le monde qui t'entoure, si tu sortais de ton train-train si rassurant (car oui même les concerts sont devenus une sorte de cocon sécurisant), tu te mettais un peu en danger pour tenter de te situer, de savoir, ce qui te tente, excepté l'Amour tant recherché...
Car le jour où tu l'auras trouvé, dis-toi que ça n'est pas la seule chose nécessaire au bonheur, encore faut-il savoir qui l'on est, où l'on souhaite aller...
Ce que je veux te dire par là, c'est qu'à mon sens il y a une chose dont tu as besoin, c'est d'un changement, de découvertes, de cerner qui est Clément, et avant de LA trouver, te trouver toi...
Le souci n'est pas de toujours foutre en l'air ses histoires ou de ne pas les vivre. La question est pourquoi. Parvenir à être heureux par soi-même avant tout, à vivre par soi-même une vie qui apporte un équilibre...
Ne pas resté centré sur ce qui t'obsède... ouvrir tes yeux au monde... ouvrir tes yeux à ton désir autre que le désir amoureux... et dont tu ne supposes peut-être même pas encore l'existence...

C'est une amie qui te parle. Une amie qui n'est ni agacée ni enervée ni alarmée de te voir comme ça. Juste une amie qui pense que tu aurais les moyens d'aller de l'avant, si tu voulais bien te faire confiance, si tu n'avais pas autant peur.
Ce n'est pas un hasard quand quelqu'un ne peut vivre que des sentiments "à distance", pas un hasard d'être persuadé tous les mois d'avoir rencontré l'amour pur... et d'en être tant déçu...
Clément, t'as les moyens au fond de toi pour que ça avance, faut pas avoir peur de toi comme ça... t'as déjà montré plus d'une fois à quel point tu pouvais te surprendre toi-même. Continue.

Je t'embrasse fort.

Écrit par : Laura | 28/04/2005

Klem allez reprend toi, tu te souviens de ce que je t'ai dis sur tes "deux personnalités", qu'y'en avait une qui voulait se détruire et l'autre qui voulait aimer et vivre. Concentre toute ton energie sur cette dernière car même si elle est mal en point, il lui reste beaucoup de puissance, la preuve. Toutes ces émotions que tu nous fais partager, tous ces désirs..La preuve que t'es encore plein de vie Klem.

Écrit par : Alexia | 28/04/2005

Si y'en aura des bras...Comme ceux qui se sont tendus ce qui se tendront.
En tout cas les miens seront la derrière l' écran.Courage Klem,et bisou.

Écrit par : pirouette | 30/04/2005

Les commentaires sont fermés.