Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2007

Oublier d'Exister

Dormir,

Dans la tête les étoiles s’éloignent du parvis

Les portes ainsi fermées témoignent du mépris

L’irrévérence livre sans références à toi

L’ire véhémente perdue de tout ce qu’on y voit.

 

Dormir,

Sans jamais s’éveiller au parfum des regrets

Ce n’est qu’un doux cauchemar que l’on ait pu sauver

Me voilà dévêtu, sans l’habit de ton songe

Et c’est de tous remords que mon chemin s’allonge.

 

Inspiré de vœux nains, ridicules embryons

Moignon de vie sans vie abhorrant la passion,

Je m’ausculte et libérer mes désirs en hiver

L’au secours inutile se changera en misère.

 

Quand ma misère accorde, et on peut le souffler,

La lumière dégueulasse d’un soleil à pleurer :

Dans mes yeux que brûlures et morsures dans le cœur

Chaque bout rassasié n’oubliera pas mes peurs.

 

Dormir,

C’est pourrir un peu

A l’intérieur, c’est mon envers

Et le moi si sur de partir en lambeaux

Du laid qui s’abreuve pour tourner par défaut

Dormir, sans rêver

Et oublier d’exister.

Commentaires

Autant d'habitude, j'aime beaucoup tes poèmes, autant il me fait peur celui-là

Écrit par : Thomas | 05/06/2007

oh mon petit klem je suis toute tristouile pour toi...
supergirl (au moins la culotte)

Écrit par : sick-of-love | 11/06/2007

Les commentaires sont fermés.