Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2007

Videale

Comme une envie de pleurer

Comme une envie de crever

Ces yeux si plein de larmes

Comme la vie déraille… Plus de vie idéale

 

Je regarde le monde avec un œil absent

L’autre étant déjà mort de me savoir vivant

Et tout cela m’enseigne à blanc dans ces merveilles

Que c’est vide de son sens que la partie s’éveille

 

Observateur passif je t’attends en silence

Comme excellent pastiche d’un con de manigance

Mais qui vivra verra et si je vois je meurs

Si tu bouges un seul cil je m’enfouis en terreur.

 

J’ai peur de mon reflet aussi près dans tes yeux

Qu’un sentiment débile qu’on dirait amoureux

Te pousserait d’essayer de l’entr’apercevoir.

Repoussant est le reste à casser ton miroir.

 

Et c’est tant de malheur que je viendrais t’offrir

Au fond laisse en orbite cet astéro-hideux

Et c’est tant de bonheur que tu pourras sourire

Je me contenterai de t’observer des cieux.

 

Comme une envie de pleurer

Comme une envie de crever

Ces yeux si plein de larmes

Comme la vie déraille… Plus de vie idéale

 

Immobile si lointain je reste comme en exergue

D’un roman si futile mais dont tu fais l’hauteur

Je rabaisse et m’exècre avec si belle morgue

Que tes mots délicats ne guérissent ma torpeur.

 

Je voudrais qu’on m’oublie en fixant du regard

Ce qui fait ma folie porté en étendard

Voyez ce que je suis, invisible face à vous

Qui usez vos pupilles à vouloir m’être doux

 

Vous et toi, les filantes en ma vie idéale

Je ne suis que statue de paille et de misère

Comprenez la douleur de cet unique râle

Mon cœur est un hiver, brisé tel un mystère

 

Et c’est tant de malheur que je viendrais t’offrir

Abandonne ce destin qui plonge au fond des mers

Et c’est tant de bonheur que tu pourras sourire

Je te protégerais du haut de mes enfers.

 

Comme une envie de pleurer

Comme une envie de crever

Ces yeux si plein de larmes

Comme la vie déraille… Plus de vie idéale

Les commentaires sont fermés.