Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2008

Faux Départ

Me voilà envahi d’une peur qui s’égare

Quand le train de l’ennui m’emmène en ce départ

Je ne peux reculer, plus un mot plus un trait

Je cours encore et crie je voudrais me rater.

 

Aujourd’hui c’est la nuit qui m’accouche étendue

Dans un affreux fracas qui me touche sans pendu

Là l’heure de l’amertume qui sonne et me réveille

Je pleure en toutes larmes et l’alarme s’enraye.

 

Difficile en six mots d’abreuvoir au bonheur

S’émouvoir à te voir, te regarder sans peur

Dissimulé en moi je me cache en chagrin

Perdu d’entre les morts pourquoi tendre la main ?

 

Abattu éperdu,

Dans ma gare je m’égare

De triages en mirages je ne partirai pas

On a sifflé au moins six fois, je ne partirai pas

 

Douceur de l’hécatombe et par terre je me noie

Inspirant les décombres comme un petit soldat

L’attentat explosé, dormir dans ce wagon

Et te voir m’immoler dans ce bruit sans un son.

 

Pilote automatique vers une voie de garage

Visage aux mots magique me diras tu sauvage

On se sauve à mon âge, abandonnant la suite

Mais que dire quand on meurt à celles qu’on a détruite ?

 

Me voilà envahi d’une peur qui s’égare

Quand le train de l’ennui m’emmène en ce départ

 

Je n’ai plus goût à guère rien

Ni à la guerre ni à la paix

Cherchant en vain qui me retient

Je ne vois plus et je me tais.

Abattu éperdu,

Dans ma gare je m’égare

De triages en mirages je ne partirai pas

On a sifflé au moins six fois, je ne partirai pas

Commentaires

avec Passager Sans Destin et Faux Départ on est vraiment dans la notion de la vie comme un simple (? mais pas facile) voyage. le train symbolise parfaitement ce voyage particulier je trouve. avec l'attente sur un quai, le retard, ou pas, les gares, le wagon dans lequel on monte par le hasard d'une réservation qui donne un numéro de voiture et ce voyage peut paraître différent selon le wagon où on se trouve.
un bisou pour Kleman qui voyage beaucoup.
Eph'

Écrit par : Eph' | 18/01/2008

Les commentaires sont fermés.