Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2008

Mon Amour ne vaut rien

Mon amour ne vaut rien... wow quel scoop !
Il faudrait bien être con pour ne pas s'en être rendu compte... Je suis con.
Pourquoi me nourrir de cet espoir ridicule ? Pourquoi y croire encore ?
Parce que c'est le dernier fil qui me raccroche à la vie ?
Quand on n'a plus rien, on se rend encore plus compte de ce grand vide qui bouleverse malgré tout. De ce grand rien que l'on est, simplement.
Et moi j'en suis... Etre rien: et pourtant un rien n'a pas à être... Quel paradoxe.
Alors ça ne sert à rien que je disparaisse, je ne suis déja plus. Quelques traces par ci par là, qu'il faudra vite effacer.
Mon Amour ne vaut rien car je veux trop aimer, j'en veux trop, j'en demande trop... Et je me disperse, mon coeur a(vait) le don d'ubiquité, il voulait s'approcher de tant de vos coeurs. Au final il s'est juste suicidé car être partout c'est être nulle part [purée, que de lieux communs !]. C'est tellement difficile à expliquer car c'est tout simple: je n'ai pas vraiment d'atouts, et le peu que j'ai sont partis à la poubelle. Je ne plais pas ; on me supporte. Je suis un copain, rien de plus... Je devrais m'en contenter... Mais à cotoyer platoniquement des femmes dont je suis éperdument amoureux, je me torture de l'interieur. Que puis-je faire, vu que mon Amour ne vaut rien ? Même en essayant de ne plus y croire la douleur est trop pérénne. C'est l'impasse. Je n'ai rien, et je souffre pour rien. La logique voudrait qu'on mette un terme à cette perte de temps non ?
Soyons directs: affectivement qui voudrait de moi ? Effectivement personne !
C'est mieux ainsi car, je vous le rappele, mon Amour ne vaut rien. Ce serait gacher un hypothétique et chimérique Amour réciproque.
Je ressasse toujours les mêmes choses je sais, mais pour moi les interrogations et les douleurs augmentent au fur et à mesure que je chute... Il y a des nuances donc.

La beauté du monde est là, j'en suis certes un heureux spectateur, mais je ne monterai jamais sur scène, je n'entrerai jamais dans le tableau pour me blottir dans les bras délicieux d'une comédienne, contre son coeur...

Commentaires

Mon prétexte est bien fragile ?
Amour d'une équipé de lettrés,
Ne pas perdre cet équilibre !!?
Vaut un oriental sentiment conceptuel...
Rien perdure le jour venu.

Écrit par : Plip | 07/08/2008

Il y a six mois, j'étais au bord du désespoir. Abandonné à 61 ans après 15 années de bonheur sans tache... J'ai décidé de réagir et de m'inscrire sur un site de rencontre.
Depuis fin avril, je commence ma troisième vie, amoureux comme un gamin de quinze ans... d'une femme de mon âge.
Il existe des milliers voire même des centaines de milliers de femmes qui n'attendent que toi. Il suffit de VOULOIR la rechercher.
A toi d'agir

Écrit par : jc | 07/08/2008

Clément,

Tu es tellement précieux, et merveilleux, et une personne tellement agréable, et originale quand les gens ne rêvent que de se fondre dans la masse.
Je sais que je ne fais pas partie de tes amoureuses, mais je te sers "virtuellement" sur mon coeur et dans mes bras chaque fois que nous sommes séparés, parce que j'aime tellement imaginer que toi et les autres, vous êtes avec moi quand je suis toute seule, parce que tu es quelqu'un dont l'existence sur cette planête donne de l'espoir quand la société et le monde semble partir à vaut l'eau, parce que ton existence aide à vivre et à garder confiance dans la nature humaine.
Personne n'a le droit de contester ta douleur, et tu peux être en colère contre toi même autant que tu veux, mais nous, nous ne cesserons jamais de t'aimer, et nous serons toujours là pour toi.

Écrit par : quelqu'une | 15/08/2008

"Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert"

Écrit par : H. Incorporated | 18/10/2008

Des larmes aux bords des yeux ...
tant d'amour a donner

Écrit par : nathalie | 28/07/2011

Un texte fort, en colère et touchant, car ça fait mal un coeur qui se déchire de ne pas être aimé comme il pourrait aimer. Ne pas pouvoir donner, supporter ce coeur qui s'emballe sur des voies à sens unique, sans issues ni retour. Un coeur qui peut s'éparpiller tellement il a à donner.
C'est une douleur qui va et vient, latente... elle reste tapie là, en sommeil quand l'esprit l'occupe et contrôle la situation. Mais la douleur explose lorsque les émotions se souviennent de ce vide, au dessus duquel on avance tels des funambules sur ce fil si fragile qu'est la vie. Devoir se passer de l'essentiel, de ce qui balaye les inquiétudes, de ce qui donne un sens à la vie... oui c'est dur, de voir le temps filer entre nos doigts sans ces moments qui peuvent le suspendre, ce temps. Difficile de sourire à une vie sans les couleurs que les sentiments partagés peuvent lui donner.
Le suicide du coeur? Où lui apprendre à moins s'emballer quand il se disperse dans sa quête effrénée de cet autre qui pourrait le combler. Cet autre que l'on croit voir partout tellement on aimerait le trouver.
Mais cet autre, pourra t'il le voir ce coeur s'il s'en veut à ce point...
Il semble difficile d'être aimé et considéré si l'on ressent pour soi même peu de considération. Voilà ce que m'évoque ce texte, la contradiction de ce coeur malmené qui s'en veut d'aimer sans être aimé, et qui ne s'aime pas assez pour se le pardonner...
Comment blâmer sa maladresse, lui qui a tant à donner?
Il suffit peut être de l'aider à ne pas s'ouvrir à tout va et devant porte close... pardonner ses erreurs pour qu'il puisse un jour aimer à nouveau.
La vie d'un coeur n'est pas un fleuve tranquille et ce n'est pas toujours facile d'être un bon matelot. Est-ce pour cela qu'il faut la redouter et avoir peur de l'eau?

Écrit par : Juste une ombre | 27/01/2012

Les commentaires sont fermés.