Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2008

Ci-gît en bord de route

Ci gît en bord de route
Mes espoirs et mes doutes
Je me vois assassin
De mon propre destin
L’accident de parcours
Se veut silence et court.

Mort tu erres, ce qu’on voit n’est qu’une vie déguisée
Singeant les émotions tu n’es que feu allié
Pour qui ce carnaval au goût de venin sale ?
Tu n’y crois plus toi même à cette issue fatale.

Suis-je mort ou vivant ? Si j’ai tort : au suivant !
Le cadavre encore chaud je m’avance en riant
Je ne peux pas savoir où s’enterre ma raison
Peut être à l’horizon, funèbre en la saison.

C’est si facile je tombe à l’envers de ces pierres,
Des épaules attentives et des sourdes lumières
Je préfère rester là berçant les pissenlits
M’en faire une couronne aux parfums endormis.

Ci gît en bord de route
Un vivant, qui s’en doute ?

Commentaires

Il est très beau celui-ci, mon éternel amoureux errant !

Écrit par : Céline | 26/03/2009

Les commentaires sont fermés.