Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2008

Ce bruit de pas

Ce bruit de pas je le connais
Ce rythme en vain il me défait
Elle m’accorde enfin la cadence
Me voilà suivre dans la danse.

A dessein elle m’embrase du feu de ses bras nus
Ma peau est un bûcher où justice est rendue
La lumière en son sein m’aveugle et m’affectionne
Et je me fonds, métal, au creuset qui s’actionne.

Elle m’isole c’est un cas au musée des horreurs
Je m’y plais en caveau, plus de muse qui affleure
Du mal je lui en dois mon ardoise fait cent pieds
Mais j’en voulais encore et toujours sans ciller.


Ce bruit de pas je le connais
Ce rythme en vain il me défait
Elle m’accorde enfin la cadence
Et moi sans rire je la relance.

Mes soupirs de paupières sont des larmes qui l’amusent
Je comprends son talent à inventer mille ruses
Pour sourire comme hier quand aujourd’hui est sourd
A mes râles insalubres dans le désert autour.

Elle joue ses beaux refrains, ses couples et ces matins
Où la chanson me vient difforme en assassin.
Mes oreilles ont menti comme mes yeux amoureux
Ils décèdent chaque matin de me gâcher l’aveu.

Ce bruit de pas je le connais
Ce rythme en vain il me déplait
Car je sais aujourd’hui
Que ce son c’est la vie…

Commentaires

Ce bruit de pas je le connais...
Ce tic tac de l'horloge je le connais...
Tes maux sont beaux je les reconnais.

Mais écoute un peu mieux
Ce bruit qui sourd c'est ton coeur qui bat
Ce temps qui passe va aussi vers l'avant
Ce bruit de pas, ce tac tac je l'entends
Les talons d'une femme qui quelque part t'attend.

Tu es du mauvais côté du miroir
Traverse-le et trouve le soleil
Elle, elle ouvre les bras à la lumière
Elle fuit les ténèbres
Elle cherche des yeux rieurs pour croiser ton regard
Un coeur qui saigne n'appelle pas le bonheur
Elle ne veut pas connaître le bruit de tes larmes
C'est la cascade de ton rire qui la fera frémir
Elle ne veut pas partager ta peine
Elle veut se réchauffer à la lumière de ton bonheur
Les papillons volent vers la lumière...

Écrit par : Céline | 25/03/2009

Quelle découverte tes poèmes Klem, je vais de l'un à l'autre, la gorge serrée et l'émotion belle à la fois. Alors je poste sur celui-ci mais j'aurais pu poster partout.

J'aime, terriblement.

Écrit par : Miss You | 14/09/2009

Merci infiniment Miss You... ça me touche.

Écrit par : Kleman | 14/09/2009

tu dois continuer Klem, continuer pour que je puisse continuer... comme céline je pourrais mettre j'aime partout, car j'aime tout... ta fragilité me donne la force de surmonter la mienne et c'est ce qui fait cette "force" de continuer... et pourquoi continuer ? posons-nous la question... ou pas...
alors continue à écrire pour que les autres continuent à te lire... pour moi écrire c'est vital et te lire le devient aussi... donc ? tu sais ce qui te reste à faire...
une admiratrice à coup sur !!!

Écrit par : Laportebleue | 21/11/2009

Les commentaires sont fermés.