Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2009

Archives Juillet 2004 Abandon

L'abandon est un art que je veux maîtriser
Je suis sur le chemin pour être intronisé
Bouffon de son altesse, seigneur du grand ratage
Dernier soupir déja, rejetté avant l'âge.

L'échec est ma passion, certains trouv'ront ça con
Mais c'est comme ça et oui, chez moi ça tourne pas rond
Ya bien quelqu'chose qui cloche justifiant l'avarie
Dites moi vite ce que c'est je le paye de ma vie


Pas d'illusions c'est l'grand plongeon
A force d'espoir on rate le plongeoir
Et la gueule par terre s'écrase sur l'béton
C'est toujours comme ça à trop vouloir y croire

Je tombe ....... dans le fossé pas trés profond
sur ta chaussée comme abandon....
Je tombe .......



J'aime sentir la boue collée sur mes yeux
J'aime souffrir à bout chaque jour brumeux
Ça doit être ça l'histoire le compteur va sauter
Et moi je reste par terre à attendre ta pitié

Dernier coup dévoré la folie qui s'apprête
Même la mort refusée m'a oubliée distraite
Et moi j'y crois toujours en parfait imbécile
Mais l'amour entre nous n'exist'ra pas, facile

Voila la solution, qui n'en est jamais une
T'oublier je ne peux tout comme un sac de plumes
On a beau le lancer elles retombent de plus belle
Et reviennent titiller les pensées de leurs ailes

J'ai l'habitude de dire le bonheur c'est pas moi
Tout est bien qui finit j'doutais bien qu'c'était ça
Sans moi ta vie est belle tu lui offres un sourire
Je ne veux pas gâcher ce moment de plaisir


Plus d'illusions c'est l'grand plongeon
A force d'espoir on rate le plongeoir
Et la gueule par terre s'écrase sur l'béton
C'est toujours comme ça à trop vouloir y croire

Je tombe ....... dans le fossé pas trés profond
sur ta chaussée comme abandon....
Je tombe .......

Je scie la branche où j'suis assis
Et m'coupe la jambe car c'est ainsi



Ca fait pas mal non non, c'est juste les mots qui tuent
Je ne te reproche rien, j'ai tenté et perdu
C'est moi qui m'en excuse, cette connerie insensée
Ne t'embêtera plus, promis juré crashé.

L'amour n'existe pas je m'en suis vacciné
Oh punaise j'en ai marre encore une rime en é
Ces mots ne valent rien ça je le sais déja
Ces améres déjections me font tomber bien bas.

Tes oreilles n'auront plus à écouter mes stances
Mots muets comme un vide, une nuée de silences
Plus rien je te promets et ton souhait exaucé
Pas facile d'oublier quand on a tant aimé.

Mon coeur se ferme habitué, toi rangée dans un coin
Par folie ou dépit d'ton image je prends soin
Malgré tout, malgré tout, la douleur qui s'ajoute
Te gardera vivante et réelle coûte que coûte...



Plus d'illusions c'est l'grand plongeon
A force d'espoir on rate le plongeoir
Et la gueule par terre s'écrase sur l'béton
C'est toujours comme ça à trop vouloir y croire

Je tombe ....... dans le fossé pas trés profond
sur ta chaussée comme abandon....
Je tombe .......

Le soleil se meurt indécent
Et l'ordure à bout se descend



C'est toujours doux la mort quand plus rien est à vivre
C'est surtout con vraiment, mais la peine ça enivre
Et voila qu'à présent je regrette mes paroles
Juste au dernier soupir ya plus une goutte d'alcool

Le caniveau j'vois qu'ça, ou l'exil aprés tout
Je n'embeterai personne cherchant du monde le bout
Tout seul quelle apogée, comment rêver plus beau ?
L'ironie je peux pas, l'humour me fait défaut

Eclaté en morceaux mon coeur ne sert à rien
Il n'est plus dans son monde mais orphelin du tien
Il n'a jamais connu d'être ainsi partagé
Blotti prés du diamant celui qu'on peut toucher

Je rêve mais guéris moi, montre moi le réel
C'est sûrement mieux ainsi même si noir est le ciel
Il n'y a plus une étoile et la lune est partie
Reste mon désespoir qui se veut indécis...


Plus d'illusions c'est l'grand plongeon
A force d'espoir on rate le plongeoir
Et la gueule par terre s'écrase sur l'béton
C'est toujours comme ça à trop vouloir y croire

Je tombe ....... dans le fossé pas trés profond
sur ta chaussée comme abandon....
Je tombe .......

Comment conclure un tel aveu ?
Pas en disant que j'suis heureux


Oui ça c'est sur c'est sur, mon sourire un mensonge
Je ne sens plus que ça, ça pourrit ça me ronge
N'ai pas peur s'il te plaît, je suis inoffensif
Le moral à mes pieds n'est rien d'moins que chétif

Alors je te le dis, aurevoir et merci
Cet espoir repoussé jamais épanoui
S'effacera d'ta mémoire hop en un tour de main
Je veux te voir sourire et penser à demain...

Commentaires

Je fais partie de ces gens qui souvent se sentent lourd, qui se trainent, se supportent à bout de bras... De ces gens qui se sentent tellement lourds qu'ils ne savent pas s'ils réussiront à ne pas se laisser tomber. Et en fait, je suis en train de m'apercevoir que c'est pas si dur, la légèreté, que même avec mes dizaines de kilos "en plus", mes dizaines d'idées orageuses "en trop", je suis légère, si je veux bien justement me laisser tomber, c'est a dire, me laisser porter et avoir un peu confiance, en moi, en les autres (ça va ensemble, non ?). ça a l'air dur comme ça, mais en fait, c'est faisable, je te le jure, mieux, je te le souhaite. Alors même si ça ne sert jamais à rien, je t'envoie ce petit mot, avec quelque chose comme une petite lumière, une veilleuse, un réverbère. Bonne soirée...

Écrit par : Noir de Geai | 24/02/2009

merci pour cette lumière, et je peux te dire que c'est plus qu'utile, pour quelqu'un comme moi... Bises

Écrit par : Kleman | 24/02/2009

beaucoup appris

Écrit par : Nina_Tool | 20/09/2009

Je veux te voir sourire et penser à demain
Quelle belle phrase avant d'aller dans les bras de Morphée...

Écrit par : Geraldine | 14/05/2010

Les commentaires sont fermés.