Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2009

Archives Juillet 2004

avec les fautes d'orthographes de l'époque...

--------------------------

 

Je me demande parfois, mais où va donc mon monde ?
Bouffé de l'intérieur par cette bête immonde
Geignant comme pour vider son esprit du dégoût
Qu'inspire ma vie mon âme, des déchets pour les fous.

L'amour n'existe pas, je l'ai moi même tué
Dans mon coeur il repose mais sur'ment pas en paix
Je ne l'ai jamais vu, il me verra jamais
J'lui ai crevé les yeux comme on fait d'un abcés.

L'amour n'existe pas, je l'ai un jour vaincu
Cet ennemi sans nom qui m'avait défendu
Ne flotte plus qu'aujourd'hui l'odeur de la mort acre
L'espoir emmitouflé dans son tombeau de nacre.

Il n'a jamais vécu que dans mes insomnies
Puerils instants de ce nocturne ennui
L'espoir est faible enfin mais son coeur encore bat
Sera-t-il un jour prêt pour cet ultime combat ?

L'amour n'existe pas, comme ces bien belles chimères
Capturant tous nos rêves dans une gangue de fer
Par les yeux le cerveau voudrait-il nous mentir ?
A quoi bon le savoir si c'est pour re-souffrir ?

Cette réponse est-elle inscrite dans la question ?
Cette réponse est telle une hallucination
L'amour n'existe pas, je l'ai pas rencontré
Il n'est même pas venu me marcher sur les pieds.

L'amour n'existe pas comme la mort ou la vie
Se laisser dériver personne ne m'l'a appris
Entre les deux je vogue mais à la fin je sombre
La lueur est partie de mon oeil qui s'effondre.

Détruire ce que je fais, mais je ne construit rien
Les décombres sont là, je n'sais pas d'où ça vient
La victime est enfouie sous les poutres du grenier
Il n'a même plus besoin qu'on vienne le libérer

Mais il ment, il ment
Mais il triche, il triche...

L'amour n'existe pas, car tu n'l'as pas voulu
Personne jamais personne un jour y aurait cru
Je me mens je me triche car c'est moi le bourreau
L'amour est un mort né, dans l'oeuf, sans qu'il soit beau...

L'amour n'existe pas, ya une chose que j'aim'rai
C'est qu'un jour toi, oui toi, tu viennes me l'inventer...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

J'aurai tellement voulu expier mes fautes pour toi
Pour que ne reste plus que tes yeux et ta voix
Tout toi dans mon esprit dessinant ce bonheur
Mais là la vie s'en va, à la fin elle se meurt...

Tout est possible mais rien n'existe à ma vision
Aveuglé déchiré quelle ultime sanction
J'aurai tellement voulu, sentir tout cet amour
Car sans lui tout m'accable et me tue sans détour.

Un amour qui détruit est-ce bien raisonnable ?
Sans morale que vaut cette petite fable ?
Je veux être tout pour toi, ton amour simplement

T'exprimer par des mots tout ce que je ressens
Impossible Incapable, ces mots résonnent encore
Douloureuse torture, je t'aime et je t'adore...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Demain j'ouvre les yeux pour te voir exister
Mais depuis ce jour là mon défaut est d'aimer
En un jour t'oublier tout créer tout maudire
En un jour tout plier, ranger, t'écrire...

Mais que dire je ne sais, muette se veut la plume
Ta beauté comme ressac s'abîme en pleine écume
En un jour t'oublier, au delà de demain
Ne plus rien esperer comme s'efface le chemin

Rester seul avec toi, seul mais avec toi
Je ne peux le vouloir car je suis moins qu'un roi
Ce prince n'existe pas, plus terrible amnésie

En un jour t'oublier, balayée toute une vie
Et quand l'amour s'éteint sans bruit à tes oreilles
Il me tue à présent, m'éloigne de tes merveilles...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Comptine

Toc Toc

Deux ptits coups, deux de suite
Ni quatre, ni trois ni huit
Juste deux, deux ptits coups
Tout petit et tout doux

Mais en voila un son
Bien curieux polisson
D'où viennent ces petits coups ?
Je ne sais, ne sais d'où

Toc Toc

C'est étrange bien bizarre
Deux ptits coups dans le noir
Un cauch'mar ? non non non !
Dans l'placard ? et ben non !

Plus de monstres mais ce bruit
Deux ptits coups dans la nuit
A l'entrée ya personne
Les lutins sont aphones

Toc Toc... Toc Toc

Le mystére s'épaissit
Toujours rien sous le lit
C'est à n'y rien comprendre
Deux ptits coups doux et tendres

La chambre est inspéctée
Sauf la cav' et l'grenier
Elles dorment les souris
Mais le doute est permis

Toc Toc... Toc Toc... Toc Toc...

Deux ptits coups, deux de suite
Ni quatre, ni trois ni huit
Juste deux, deux ptits coups
Tout petit et tout doux

L'inspecteur mène l'enquête
Y'a l'nounours qui s'inquiète
La lumiére met au jour
Le fin mot sans détour

Toc Toc...
Tic Tac Toc...
Toc Toc...
Tic Tac Tic Toc Touss...

C'est l'réveil qu'est malade
Il a pris froid
Y'a un rhume qui s'balade
Atchoum et Toc, Touss, Tic, Toi...

Deux ptits coups, deux de suite
Ni quatre, ni trois ni huit
Juste deux, deux ptits coups
Tout petit et tout doux...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Incapable d'aimer je me mens je me tue
Et j'attends que ça vienne épuisé et perdu
Immobile j'ai si mal quand le monde défile
Tout l'amour je le vois, si beau inaccessible...

Je me demande souvent si je veux le bonheur
La souffrance me plaît-elle tout au long de ses heurts ?
Et je pleure, interdit, ne sachant quoi penser
Je veux te tuer toi, toi en moi je te hais.

Tu détruits tout le beau ne laisse que des cendres
Et moi comme un idiot resté là à attendre
Aucun amour viendra me dire oui que j'existe

Depuis longtemps mon nom est rayé de cette liste
Mais c'est mon écriture il n'y a qu'un seul coupable
Celui qui triche la vie, c'est moi cet incapable...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Comment puis-je espérer un jour te voir m'aimer !
Quelle chimére, une galére, pas mieux qu'un rêve passé
Je me fais à l'idée d'une vie sans personne
Que moi et mon silence dans le vide qui résonnent

Alors pourquoi vouloir partager dans tes yeux
Le bonheur d'y trouver mon sourire amoureux ?
Je voudrais juste pouvoir sentir ta main c'est tout
Dans ma main rien de plus, en un geste si doux.

Rien que ça c'est un rêve, un frôlement digéré
Car je n'ai jamais su et ne saurai jamais
La sensation si belle d'une étreinte avec toi

Et toute ma vie durant jamais de première fois
Premiere fois dans ton coeur, ça meme pas un instant
A quoi bon le vouloir, tu es loin à présent...

 

-------------------------------------------------------------------------


Mon royaume pour ton coeur, y déposer ma flamme
Doucement t'embrasser ne voulant te faire mal
Te briser comme mon rêve je ne peux m'y résoudre
C'est l'amour que je tue de mes mains de ce foudre.

A quoi bon se dire prince sans toi jolie princesse
Je ne suis qu'un pourceau reniflant de bassesses
Moins que rien sans ta voix, encore moins sans tes mots
Ma vie je voudrais tant la laisser en dépôt...

Dans ton coeur dans ton coeur, blotti tout contre toi
Plus jamais n'avoir peur ainsi même maladroit
A l'interieur je vogue alangui ton plaisir

Je le crée le sublime, tu m'enchantes et m'attires
Mon royaume pour ta peau, pour ta main et tes mots
Encore une fois redit, il n'y a rien de plus beau...

 

-------------------------------------------------------------------------

 

Si je vis c'est pour voir dans tes yeux des merveilles
Te souffler dans le cou au moment de l'éveil
Si je vis c'est pour toi, rien que toi, seule au monde
Je suis aveugle à tout, ne ressens que tes ondes.

Enfin oublier tout pour me perdre dans tes bras
Les étoiles telles azur et l'espoir d'être là
Doucement, tendrement, ne vouloir que t'aimer
Te rendre tout le bonheur que tu m'as divulgué

Et je crie dans la nuit pour entrer dans tes rêves
Tout à coté de toi mes larmes sont bien brèves
Obnubilé je suis mon ego capitule

Dormir avec toi, protégés dans ta bulle
Si je vis c'est pour voir dans tes yeux des merveilles
Celles qu'on aura créées... approche ton oreille...

 

-------------------------------------------------------------------------

Quand la mort vous rappelle que la vie ça finit
Ça peut paraître idiot quand voila on le dit
C'est logique aprés tout mais enfin on le sait
Où veux-tu en venir toi qui semble si préssé ?

Le verrou à l'envers dont j'ai perdu la clé
Marche encore de travers c'est le mien eventré
Cambriolé par moi, je descends au sous-sol
De ma vie en trépas, le suicide sans alcool

Deux trois mots direz vous
De toi maudit ... et vous ?
Tous les ans se succédent
Finiront bien d'être raides

Dans le grenier ya ça, une poutre une corde
Tréssée de fil de soi, l'instrument désaccorde
L'araignée du plafond veut juste me caresser
Dans le sens de la mort mon aimée m'a tuer

J'en ai assez des rimes, pourquoi ces rimes à rien ?
Et comme tout ça ne sert qu'à crever comme un chien
Me voila bien habile avec mes mots trop mous
Je suis pas psychopathe, pour ça je suis trop fou

Quatre cinq mots direz vous...
Mille un maux, aprés tout
Tous les jours se succédent
La mort un interméde

Je promets tant et tant à moi même et aux gens
Tout ça est inutile, je l'avoue je me mens
C'est rien qu'une façade, la vie est une ordure
Recyclée on s'en fout, la neuve à l'ouverture

La vie s'achète se jette, lundi supermarché
Jeudi le container, et voila c'est passé
Ça ne vaut rien de plus, rien de rien de rien
Car tout ce qui m'attache, c'est toi ce dernier lien

Quelques mots direz vous...
Quelques phrases et c'est tout
Pour finir par te dire
Que sans toi c'est mourir...

 


Les commentaires sont fermés.