Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2010

Rengaine


Je voudrais bien péter un plomb
Crier pleurer vomir les maux
Qui s'entortillent dans mes boyaux
Du coeur à l'âme sans la raison...
Douleur rancoeur rengaine,
M'oublier sans la haine.

Mais comment oublier tous ces mots doux si dits
Dans des pensées toujours animées sans compter.
Tous ceux qui riment avec, un sourire un sursis
Pour aller bien plus loin qu'un amour prononcé.

Petites fleurs, grand benêt, un bouquet de bonheurs
C'est cliché si mauvais ça grince chez les censeurs.
Mais le rêve c'en est un ça vire au cauchemar
Quand s'allument les chandelles ne servant plus de phare.

Je voudrais bien péter un plomb
Crier pleurer vomir l'égo
Qui se construit sans moi héros
D'ailleurs ici c'est la saison..
Douleur rancoeur rengaine,
M'oublier sans la haine.

Ma mémoire vive ne peut occulter les voyages
D'une main dans la mienne, tant de remue-ménage.
J'ai les traces qui empruntent des chemins torturés
Si lents à la détente indélébile idée.

Ces amours adéquates qui me font tant valser
Que j'en oublie le style, le reste et d'exister
Je les vois tout ailleurs me narguant c'est plaisant
Sans pouvoir mettre pause et ça c'est effrayant.

Je voudrais bien péter un plomb
Crier pleurer vomir les maux
Que le sujet enfin soit clos
Au terme bientôt de cette chanson...
Douleur rancoeur rengaine,
Tout plier sans la haine...

Mais non.

Commentaires

De fil en aiguille, de valse en Amour (ou pas) me voici débarquée ici sans repaire autre que ces mots, là, ces mots de cette fille que je ne connais pas, mais qui percute la fille que je connais un peu, maintenant.. toute une histoire de résonances, bien sûr. Le hasard n'existe pas n'est-ce pas ?

Écrit par : Aurore | 08/10/2011

Les commentaires sont fermés.