Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2010

De Guingois

 

Quand on a l'âme en pente, destinée au déclin
Ce n'est qu'un épisode et un triste chemin.
Poussé de haut en bas le manège arrêté
Atteint non sans férir le coupable allongé.

Quand on a l'coeur bancal, en congé maladie
Pour une durée sans doute aussi longue qu'est la vie,
On ne cherche plus vraiment l'architecte en fonction
Qui voudrait bien en faire la plus belle fondation.

Quand c'est tout le cerveau à la tête de travers
Qui s'retourne à foison dans sa tombe de verre
Il éclate en morceau entrainant dans sa chute
Le palpitant sus-dit et l'âme qui plus ne luttent.

Me voilà donc tout seul, tout mon moi de guingois
Consolidant l'idée que toi, tu vas tout droit.