Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2012

Cercle Vicieux

De ton cercle vicieux tu t'évertues si bien
À regarder des cieux qui te sont si lointain.
Terre à terre ô terrien de tout tu doutes ainsi,
Mais y'a t'il une vie aux étoiles pour un gris ?

Arc en ciel sans couleur cela n'existe pas.
Quel est ce paradoxe qui te voit ici bas ?
Tu es tout colorié par leurs yeux et leurs jeux
Mais si souvent gommé par tout ce qui est mieux.

Ton petit drame moche auquel tu te raccroches
Tes envies décalées qui font que tout ça cloche.
Tu les envies si eux....
Ce cercle d'ambitieux
Pour qui ça tourne rond
Du sol jusqu'au plafond.

Et tu as l'âge ingrat, celui qu'il ne faut pas.
Et cet ange si gros qu'on a pas dans la peau.
Et quand tout tu compliques tu les vois qui obliquent...
Mais toi tu comprends ça, tu compenses hors des draps.

C'est depuis bien trop loin que tu vas dans le mur
Il n'y a même pas de porte, encore moins de serrure.
Tes clés ne servent à rien si loin du paradis
Dis toi «l'enfer me ment» quand la nuit te saisit.

Ton petit drame moche auquel tu te raccroches
Tes envies décalées qui font que tout ça cloche.
Tu les envies si eux....
Ce cercle d'ambitieux
Pour qui ça tourne rond
Du ciel jusqu'au plafond.

Tu t'écrases tu te tais tu vivras p't'être un jour
Mais là tu es trop jeune belle excuse comme toujours !
Retourne au coeur du cercle sous ses parois solides,
Hors la vie dans ton coin pour y compter tes rides.